• Bonne rentrée!


       

     image réalisée sur le site tagxedo

    Pin It

    4 commentaires
  • Côté organisation, j'utilise le planning de Pépin CLIC

    Planning 2014-2015 ici, toujours chez Pépins et Citron

     

    Et qu'est ce que j'en fais? Eh bien, là-dessus, je note les leçons de français que je fais avec les CE1 (et aussi les sons et textes lus avec mes CP). Cela me permet de voir les leçons vues dans la quinzaine et donc, de faire mon plan de travail en fonction! Cela me permet de gérer facilement le décalage entre leçons et exercices du plan de travail, dont je vous parlais .

     

    Je vous montre la page de la période 3 de l'an dernier pour que vous compreniez mieux. Pardonnez l'écriture et l'aspect un peu "fouilli", c'est vraiment un document personnel !

     

    Organisation de la maitresse

    Pin It

    1 commentaire
  •  Pour préparer ma classe, voici mon cahier journal quotidien.

    Trame cahier journal GS CP CE1

    fleur

    cahier journal 2012 2013.odt

    fleur

    cahier journal 2012 2013.pdf

     

    Pin It

    3 commentaires
  • Petit aide-mémoire à destination des CE1.

    A découper pour en faire une bande verticale, à plastifier en A3 et à coller sur le bord droit du pupitre!

    Frise nombres en lettre CE1

    fleur Frise table CE1

     

    Pin It

    votre commentaire
  • L'an dernier, pour mes CP,  j'avais fait une petite frise des nombres de 1 à 10 en format horizontal à scotcher sur leur pupitre (ici).

    A l'usage, je me suis aperçue que bien souvent, ils posaient leur trousse dessus et que ma frise n'avait pas grand intérêt, cachée de la sorte...

    C'est pourquoi cette année, j'ai refait ma frise en vertical! Elle sera plastifiée et scotchée à droite du pupitre (ou à gauche pour les gauchers).

     

    Nouvelle frise des nombres pour les tables CP

    fleur  Nouvelle frise table CP

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Je vous parlais ici de ma nouvelle méthode de maths GS, Se repérer, Compter et Calculer.

    Le livre du maitre est très détaillé, nous guidant pas à pas. Avant chaque fiche élève, on nous propose des activités à faire concrètement, en EPS et/ou en atelier dirigé de manipulation.

    Les premières semaines, la méthode s'appuie sur le conte de Boucle d'or et propose des petits jeux de position, de classement et d'ordre avec les objets des trois ours.
    Parfois, on peut avoir ce matériel dans le coin dinette de la classe, mais parfois non! C'est pourquoi j'ai créé des fiches à plastifier et à découper.

    Période 1:

    Fiches de manipulation maths GS Matériel manip période 1  semaine 1 jours 1 2 3 4

    Fiches de manipulation maths GS  Matériel manip période 1 semaine 5 jour 2

     Période 2:

    Fiches de manipulation maths GS

      Matériel manip Période 2 Semaine 1 jour 4 Le restaurant des trois frites

    Période 3: Je remercie Vidocq pour ces documents qui vont servir à l'atelier droite et gauche "décorons notre sapin" (où il s'agit de placer les décorations sur le sapin, en suivnat les indications du maitre à droite ou à gauche du sapin)

    Fiches de manipulation maths GSnouveau Matériel manip période 3 semaine 1 jour 1 sapin

    Fiches de manipulation maths GS nouveau Matériel manip période 3 semaine 1 jour 1 déco

    Sinon, j'avais fait l'an dernier un dossier Boucle d'Or, ici.

     

    Pin It

    9 commentaires
  • Vous avez été quelques uns, l'an dernier, à me contacter afin d'obtenir une trame modifiable de mes plans de travail.

    Il me semblait bien pourtant l'avoir mise en ligne quelque part....mais ce ne devait pas être assez explicite! Donc, cette année, je commence par faire un article exprès.

    Ma trame est directement issue de la trame de Zoutils, qu'il propose en téléchargement sur son blog: clic!

    La trame de cette année, qui change de couleur (bleue!), est en format .odt, il vous faudra donc le logiciel llibre et gratuit open office!

    fleur

    plan vierge.odt

     

     

    Pin It

    17 commentaires
  •  

     Je remonte cet article car j'y ai apporté des précisions quant à mon fonctionnement, notamment sur l'articulation leçon/plan de travail.

      Qu'est ce qu'un plan de travail?

    C'est un document regroupant des exercices d'entrainement dans différentes matières en français et en maths. Pour chaque matière, plusieurs exercices de difficulté croissante sont proposés (2 ou 3 niveaux de difficulté).

    Le plan de travail est prévu pour plusieurs jours, ici pour deux semaines.

    L'élève choisit lui-même l'exercice qu'il a envie de faire. Il doit néanmoins respecter une règle:

    - il ne peut commencer un exercice de niveau 2 seulement s'il a fait tous les exercices de niveau 1 dans toutes les matières. De même, pour pouvoir commencer un exercice de niveau 3, il faut avoir fait tous les exercices de niveau 2.

      Ce qui m'a séduit dans le fonctionnement en plan de travail:

    L'élève avance à son rythme dans les exercices.

    Les bons élèves (souvent les plus rapides également) peuvent approfondir les notions avec des exercices de niveau 3 qu'ils seront seuls à faire.

    Les élèves en difficultés peuvent profiter de la présence exclusive de la maitresse pendant que les autres poursuivent leur plan de travail.

    Au final: chacun y trouve son compte, chaque élève est "nourri à sa faim".

     

      Fonctionnement du plan de travail:

      L'élève commence par corriger son cahier avec les exercices de la veille, selon les indications que je lui aurai consignée.

      Puis, il choisit un exercice de niveau "piéton".

    Il écrit la matière dans son cahier, puis il recopie la consigne et effectue l'exercice.

    Quand l'exercice est terminé, il va cocher le numéro de l'exercice dans la fiche récapitulative affichée au tableau.

    Cette fiche me permet d'avoir une vue de l'ensemble de mes élèves, pour savoir où ils en sont, quels exercices sont faits par tous etc. Elle permet également aux élèves de voir d'un seul coup d'oeil quels exercices il leur reste à faire, et de s'assurer que tous les exercices de niveau "piéton" sont faits, avant de passer au niveau "cycliste", par exemple.

    Lors de la correction par la maitresse: je colorie le petit rond à gauche de chaque exercice sur le plan en vert si l'élève a réussi correctement presque sans erreur ou en orange s'il y a des choses à revoir.
    Ce code va orienter l'élève dans ses choix pour le passage aux exercices de niveau supérieur: il devra obligatoirement faire en priorité les exercices où il avait eu un rond orange.

    J'ai choisi de faire les exercices du plan de travail dans le cahier du jour, pour ne pas multiplier les cahiers, mais libre à vous de prendre un cahier dédié.

     

      Concrètement:

    Je continue à faire des leçons de façon traditionnelle. Je ne pratique pas la PMEV, mes plans s'inspirent de ce fonctionnement mais cela ne va pas plus loin (...pour l'instant, qui sait?). Pour en savoir plus sur a PMEV, cliquez ici.

    Nous découvrons la notion tous ensemble, les élève sont actifs pendant la découverte, qui débouche sur la leçon. La leçon est ensuite collée dans le cahier correspondant (toutes mes leçons sont ici). Puis les élèves font immédiatement (ou le jour suivant) un exercice d'application de cette leçon. Les exercices d'entrainement de cette leçon figureront dans le plan de la quinzaine qui suivra.

    Il y a donc un décalage entre les leçons et les exercices d'entrainement du plan de travail. De cette façon, et comme toutes les leçons ont été vues, l'élève peut toujours faire ses exercices de façon autonome. Il n'est pas rare qu'il aille rechercher son cahier de leçon pour faire un exercice.

    Pour bien articuler les leçons et les notions travaillées dans le plan de travail, je me sers d'un document dont je vous parle : ici.

    Le plan servira à l'entrainement en français et en consolidation en maths.

     


    31 commentaires
  • Voici le fichier de maths Grande Section que j'ai choisi. Il est tout beau, tout neuf, il vient de sortir en août 2012!

    Se repérer, compter et calculer en GS

    Il se compose d'un livre du maitre, de 268 pages contenant toute la démarche, tous les jeux et toutes les manipulations préparatoires, et d'un fichier photocopiable pour l'élève de 153 pages.

    Pourquoi donc ai-je choisi cet outil?

     parce qu'il travaille tous les domaines des mathématiques, et pas seulement la numération

     parce j'aime sa démarche très progressive qui va pouvoir emmener tous les élèves vers la réussite

     parce qu'il propose systématiquement de la manipulation, et même des activités préparatoires en EPS

     parce qu'il est bien fait: le livre du maitre est très détaillé et ultra-riche, il est découpé en 5 périodes c'est très pratique!

    Allez vite le feuilleter! (cliquez sur l'image)

    Par ici pour les fiches de manipulations!

    Pin It

    65 commentaires
  •  

    écrire

     

    Ahhhh l'apprentissage de l'écriture en Grande Section! C'est un sujet important et il était temps que je lui consacre un article.

    Ma position actuelle, forgée par mes lectures, mon expérience, mes rencontres avec des instit expérimentés, est bien éloignée de ce que j'avais vu à l'iufm.... Je vais peut-être bousculer les idées de certains.... rendez-vous dans les commentaires!

    Pour savoir où aller, commençons donc par relire les IO de 2008 de l'école maternelle, Grande Section:

    Aborder le principe alphabétique

    Les enfants se familiarisent avec le principe de la correspondance entre l’oral et l’écrit ;[...]
    Ils découvrent que les mots qu’ils prononcent ou qu’ils entendent sont composés de syllabes ;
    ils mettent en relation les lettres et les sons. La discrimination des sons devient de plus en plus précise. Ils apprennent progressivement le nom de la plupart des lettres de l’alphabet qu’ils savent reconnaître, en caractères d’imprimerie et dans l’écriture cursive, sans que la connaissance de l’alphabet dans l’ordre traditionnel soit requise à ce stade. Pour une partie d’entre elles, ils leur associent le son qu’elles codent et le distinguent du nom de la lettre quand c’est pertinent. Les enfants découvrent ainsi le principe alphabétique, sans qu’il soit nécessaire de travailler avec eux toutes les correspondances.


    Apprendre les gestes de l’écriture

    Sans qu’on doive réduire l’activité graphique à la préparation de l’écriture, les enfants observent et reproduisent quotidiennement des motifs graphiques afin d’acquérir le geste le mieux adapté et le plus efficace. L’entrée dans l’écriture s’appuie sur les compétences développées par les activités graphiques (enchaînements de lignes simples, courbes, continues...), mais requiert aussi des compétences particulières de perception des caractéristiques des lettres.
    L’écriture cursive est proposée à tous les enfants, en grande section, dès qu’ils en sont capables ; elle fait l’objet d’un enseignement guidé afin que ces premières habitudes installées favorisent la qualité des tracés et l’aisance du geste.

    À la fin de l’école maternelle l’enfant est capable de :
    - différencier les sons ;
    - distinguer les syllabes d’un mot prononcé, reconnaître une même syllabe dans plusieurs énoncés ;
    - faire correspondre les mots d’un énoncé court à l’oral et à l’écrit ;
    - reconnaître et écrire la plupart des lettres de l’alphabet ;
    - mettre en relation des sons et des lettres ;
    - copier en écriture cursive, sous la conduite de l’enseignant, de petits mots simples dont les correspondances en lettres et sons ont été étudiées ;
    - écrire en écriture cursive son prénom.

     

    Partant de là, ma ligne de conduite est claire: 

    Ne faire écrire aux élèves que des mots qu'ils sont capables de lire.

    Je distingue 2 aspects d'écriture: l'écriture-graphisme et l'écriture-lecture. L'une s'occupe du tracé des lettres, l'autre de la signification de ce qu'on demande à l'élève d'écrire.

     L'écriture - graphisme:

    Dès la période 2  (c.f. ma progression de graphisme et écriture) on commence à former des lettres en cursive, on apprend leur sens de tracé, l'endroit de leur "attaque", on voit comment les lier avec les lettres déjà étudiées. Je dis à mes élèves qu'on apprend à tracer le "a", le "gé", le "dé" en disant le nom de la lettre.

    Ce sera bien clair pour l'enfant qu'il écrit des lettres, qu'elles ont une forme et un sens de tracé particulier.

    En revanche, je ne leur fais pas écrire de mot « globalement », qu'ils ne sont pas capables de lire, même si les lettres qui composent le mot ont un tracé connu.
    Je ne leur fais pas écrire le mot TELE, même s'ils savent écrire les lettres T, E et L parce que ça donnerait l'illusion à l'élève qu'il sait écrire, alors qu'il n'a aucune clé pour déchiffrer, il n'a aucun outil pour lire...
    Demander à un élève d'écrire « JOYEUX NOEL » n'a aucun sens … on lui demande de recopier une image d'un mot, qu'il ne peut reconnaître que globalement, qu'il ne sait pas déchiffrer, qui ne construit pas de sens pour lui.

    Une petite démonstration? Je vais vous mettre dans la peau d'un enfant de GS, qui ne sait pas encore lire, qui n'a pas d'accès au code:

    ( lu sur néoprofs:)

    Message par LouisBarthas le Mer 1 Aoû 2012 - 0:55

    Voici les jours de la semaine en hébreu accompagnés de leur prononciation. Étudiez bien cette liste.

    (dimanche) yom rishon יום ראשון
    (lundi) yom shéni יום שני
    (mardi) yom shlishi יום שלישי
    (mercredi) yom révii יום רביעי
    (jeudi) yom hamishi יום חמישי
    (vendredi) yom shishi יום שישי
    (samedi) yom shabbat יום שבת


    Leur écriture mélangée :
    יום רביעי
    יום ראשון
    יום שבת
    יום שישי
    יום שלישי
    יום חמישי
    יום שני

    Maintenant, essayez de remettre dans l'ordre les jours de cette dernière liste en connaissant leur prononciation écrite au-dessus mais sans regarder la toute première liste du haut.
    Où est dimanche (yom rishon) ? lundi (yom shéni) ? etc.

     

    Si vous commencez à étudier la formation des lettres en hébreu, que vous réussissez à les tracer correctement...êtes-vous prêt pour autant à copier des mots avec ces lettres? Sans avoir accès au code? Voyez-vous l'utilité d'un tel exercice?

     

     L'écriture-lecture:

    Au cours de l'année, en phonologie, on commence à apprendre que les lettres, qui ont un nom que l'on a commencé à apprendre, ont aussi un « bruit », un « son »....

    Je suis la méthode De l'écoute des sons à la lecture, et la démarche proposée est de faire le parallèle avec les animaux. C'est comme si en début d'année on apprenait à reconnaître le mouton, le coq, le chien. ( = les lettres)... on apprend à les tracer et puis, vers le milieu de l'année, on découvre qu'ils font des bruits, le mouton fait « bêêê », le chien « waff » etc (les lettres ont un son, le « bé » fait « bbbb », le « effe » fait « ffffff » etc ). La lecture, c'est uniquement énoncer les bruits des lettres les uns après les autres.

    A partir de là, on continue d'écrire des lettres mais systématiquement, on apprend le bruit qu'elles font. Et là, les élèves commencent à écrire des lignes de m, puis des lignes de ma, mi, mo, mé...qu'ils sont capables de lire ! Et donc qu'ils peuvent reproduire tout seul, même sans modèle puisque ça a du sens pour eux.

    On peut donc revoir certaines lettres qu'on aurait appris à tracer en décembre ( le d par exemple), sous un autre angle, en découvrant le son qu'il fait, et on l'écrit en le combinant avec les voyelles étudiées.

    Il n'est pas question, en GS, d'apprendre à lire toutes les lettres de façon systématique comme on le fait en CP. Il s'agit, conformément aux Instructions Officielles, d'aborder le principe alphabétique dès la GS.

     

    Un dernier point sur les lettres en capitale d'imprimerie.

    Dans ma classe, au fur et à mesure que l'on apprend à tracer les lettres en cursive, on voit aussi les autres formes d'écriture (capitales et script) et l'on construit un abécédaire.

    Je ne refais pas tout l'alphabet en capitale avant d'attaquer la cursive. Mais, dès lors qu'on dit clairement aux enfants qu'on écrit des lettres, cela peut se faire, en période1. Je trouve cela tout à fait cohérent.

     

    Concrètement:

    Après avoir vu un geste graphique en grand format, sur différents supports, avec différents outils, on écrit la lettre qui reprend ce geste.
    D'abord, on la forme en pâte à modeler, puis on s'entraine à l'écrire sur l'ardoise, au brouillon, en gros, en petit et enfin, on apprend à la calibrer dans un cahier d'écriture.
    J'utilise un petit cahier séyès 4mm, mais les réglures maternelle peuvent convenir (je ne les aime pas trop car il n'y a qu'une ligne "en haut" et ce n'est pas facile de calibrer les d et les t qui ont une barre plus courte).

    Voilà! J'attends à présent vos réactions, vos questions...!

     

    D'autres articles peuvent vous intéresser:

     

    Quel cahier choisir pour l'apprentissage de l'écriture?

    comment bien écrire, les conseils d'une pro

    progression en graphisme et écriture GS

     

    Pin It

    53 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires